Déesse K

Restent collés sur ta peau... des restes de solitude
Restent collés sur ta peau... des reflets d'amertume
Comme un miroir qui renvoie ton visage,
C'est ta névrose qui salit ton image
Cette solitude s'accapare de ton âme,
Dessine en toi un tourment pas très sage.

À vrai dire, tu n'y es pour rien,
De trop rêver, de trop voyager.
Sur ton âme, pénétrer ton corps,
Fantasmer au-delà des remords...

À vrai dire, tu n'y es pour rien,
Dans ton pouvoir se mire un espoir.
Juste envie de vouloir voler,
Sentiment voué aux remords...

Au-delà des remords...

À vrai dire, tu n'y es pour rien,
Juste envie de les basculer.
Sur leurs corps y plonger ta vie.
Voyager au-delà des remords.

À vrai dire, tu n'y es pour rien,
De trop aimer, trop imaginer.
Dessine en toi ces corps de déesses,
Retourne sur toi ces âmes de princesses.

Dessine-moi... Dessine-moi...

Restent tatoués sur ta peau... des restes de solitude.
Restent collés sur ta peau... des reflets d'amertume.
Laisse imprégner en soupir des restants de désirs.
Laisse dessiner sur ta peau, orgasmes indélébiles.

Dessine-moi une déesse!

♪ ♫ Paroles: Jean-Loup MIARA - Musique: Emmanuel FIRRE / Mórrighan ♬ ♩